Heinrich Goebel, l’inventeur de l’ampoule filament

Heinrich Goebel était un opticien et inventeur allemand. Il est né en Avril 1818 et a fait ses débuts modestement. Passionné par la physique et par l’électricité, il réalisa de nombreuses expériences scientifiques pendant toute sa vie. Premier créateur de l’ampoule à filament, sa reconnaissance tardera pourtant à arriver. Au contraire, il lui a fallu passer par diverses épreuves avant que le monde ne reconnaisse enfin son invention.

Départ très modeste pour un simple opticien

Heinrich Goebel est le fils d’un simple jardinier d’une petite ville de province en Allemagne. Il poursuit son apprentissage de base chez un horloger, lequel lui apprendra son futur métier officiel.

Très tôt, il afficha un sérieux intérêt pour l’électricité et la physique. Dès son plus jeune âge, il avait déjà pu créer des appareils électriques, des piles, et des baromètres. A 30 seulement, la brillante idée de concevoir une source électrique lui titille l’esprit.

Heinrich Goebel, l'inventeur de l'ampoule à filamentIl vit de son métier d’opticien et fait vivre sa famille avec les revenus d’un magasin de fourniture de pièces dans l’optique qu’il a pris soin de créer en 1840. Il continue en parallèle de se fixer sur ses recherches personnelles.

8 ans plus tard, Heinrich Goebel décide pourtant de vendre son magasin pour s’installer à New York dans la Monroe Street aux États-Unis. Il y ouvre une nouvelle boutique, toujours dans la distribution de matériels d’optique. Encore une fois, il s’acharne dans ses expérimentations et en 1854, il eut une révélation : l’idée d’illuminer son magasin le soir en installant une lampe à arc de sa propre fabrication, laquelle était alimentée par des piles du genre Leclanché, sous son toit. Cette lampe reste le fruit, et surtout le premier aboutissement de longues heures de recherche et de mise au point.

Mais il ne sait pas encore qu’il va au devant de plusieurs surprises désagréables.

Le top 3 Heinrich Goebel sur Amazon.fr

Des procès à n’en plus finir, une ruine totale physique et économique

C’est au cours de cette expérience qu’Heinrich Goebel découvre que la carbonisation de fibres de bambous aboutissait à un filament conducteur d’électricité, lequel pouvait se rendre incandescent dans un milieu vide d’air, sans qu’il brûle instantanément.

Avec ce principe, il réalisera la première lampe à incandescence à filament de carbone ou appelé aussi ampoule à filament. Il a utilisé ses propres moyens pour cette expérience, à savoir des flacons d’eau de Cologne pour les lampes et sa propre canne en bambou pour servir de matière première pour la fabrication des filaments.

Ces premières lampes avec des ampoules vintage servaient ainsi à éclairer son magasin la nuit. Mais des voisins se sentir agacés par cet éclairage nocturne et avertissent les autorités policières. Il fut alors arrêté puis jugé. Mais il a aussi été contraint de démonter son installation et condamné à ne plus jamais recommencer à s’adonner « à des jeux aussi stupides ».

Il a pourtant bien inventé la première ampoule rétro à filament exploitable industriellement. Mais de nombreux procès l’emmèneront à une ruine financière et physique. Après des dépôts de brevets, il se trouvera malgré lui noyé dans plusieurs procès, principalement axés sur la validité de son invention.

Ce n’est qu’en 1893, lors du procès retentissant opposant Edison et Swan sur l’invention de la lampe à incandescence, qu’il obtint enfin une reconnaissance témoignant qu’il l’avait déjà créé 25 ans avant eux.

Cette reconnaissance reste un grand cadeau pour ses 75 ans. Un peu tard mais lui procure une grande satisfaction. Il mourut malheuresement quelques mois plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *